Test ♥

Forum test pour les forums Fushigi no kuni, Vocaloid Gakuen et Michibiki Highschool~. Ne pas s'inscrire.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Carmen Bellamemoria DC

Aller en bas 
AuteurMessage
Lila Sukai

avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 19

MessageSujet: Carmen Bellamemoria DC   Dim 15 Sep - 14:57



Bellamemoria Carmen Eien
Âge : 22 ans ♦ Origine(s) : Italienne et française
Sexe : ♦ Orientation sexuelle :
Profession/études : Étudiante en psychologie et gérante d'un bar ♦ Groupe : Citoyens lambda
Sonnerie de téléphone : Bang
Description du téléphone : C'est un téléphone tactile blanc, assez moderne, avec un écran plutôt grand. Mais le téléphone peut quand même rentrer dans la poche de son jean, je tiens à le préciser. Il a une partie "clavier" coulissante, blanche aussi. Il y a peu d'éraflures. Une photo de Carmen souriante à côté d'un jeune homme dans un bar sert de fond d'écran.
« The question isn't who is going to let me, it's who is going to stop me. »

Caractère :

Carmen est plutôt populaire dans son université. Comment ? Et bien, tout le monde se souvient de ce jour mémorable où elle a mit de la musique dans la cantine et s'est mise à danser sur les tables. Elle a, de ce fait, écopé d'une certaine réputation.
Fêtarde connue et reconnue, elle n'est malheureusement pas une des meilleures élèves. Mais son 14 de moyenne lui suffit amplement.
Un peu narcissique sur les bords, elle aime beaucoup son apparence. Elle n'hésite pas à la soigner.
Elle s'entend avec presque tout le monde, que ce soit des professeurs ou des élèves. Elle fait toujours tout pour ne pas se faire mal aimée par quelqu'un d'autre. Elle ne répond pas méchamment même pendant les jours difficiles, n'est pas agressive... Par contre, si quelqu'un n'aime pas sa personnalité, elle n’essaiera pas de se changer. A une époque, elle l'aurait surement essayé, tout faire pour plaire à tout le monde, ne pas se mettre en avant... Mais c'est une chose qui a changé.
Lorsqu'elle était enfant, Carmen était timide. Trop mature pour son âge, elle était particulièrement étonnée de la méchanceté qu'il y avait parfois dans la cour de récré.
Lorsqu'elle eut grandi et qu'elle fut arrivée au lycée, elle était devenue plutôt forte en compréhension des personnes.
C'est pour ça qu'elle fait des études de psychologie. Au début, elle voulait être policière. Experte en combat rapproché, c'était quelque chose qui l'avait toujours inspirée. Et puis, avoir le rôle du héros qui sauve les gentils des méchants n'était ce pas un rêve que tout le monde avait ?
Elle s'était finalement tournée vers la psychologie, car elle s'était rendue compte qu'il y avait toujours une raison derrière les action de chacun. Ces raisons étaient juste un peu compliquées parfois... Elle s'était aussi rendue compte qu'il n'y avait ni méchants ni gentils, juste des esprits différents. Elle avait eu envie de tout comprendre de ces différentes personnes. Maintenant, elle ne regrette pas son choix: ses études sont passionnantes.
Danseuse et chanteuse, elle avait aussi voulu suivre ces autres voies.
Elle suit maintenant ses études à l'université tout en travaillant dans un bar où elle fait le "show". Danser est une façon de se libérer selon elle tout comme chanter.
Voyons voir... Un peu exubérante, elle n'a pourtant pas de vrais amis. Personne dans l'université ne sait où elle habite par exemple. Elle éconduit toujours les personnes qui veulent trop en savoir sur elle. Elle espère au fond d'elle que quelqu'un vienne la voir et s'accroche pour devenir amie avec elle. Comme quoi, elle a gardé un peu de sa timidité d’antan. D'ailleurs, elle n'a eu que deux petits amis dans sa vie. Beaucoup de personnes ne pourraient pas le croire !
Question style vestimentaire, Carmen est plutôt rock. Ses couleurs fétiches sont le noir, le rouge et le blanc. Elle ne jure que par les talons haut. Maquillée soigneusement chaque jour, les seuls bémols sont ses ongles, rongés. Elle a souvent essayé de les laisser pousser, mais elle a toujours abandonné.
Elle ne jure que par le chocolat et doit faire beaucoup de sport pour perdre les kilos qu'elle gagne à cause de cette divine nourriture.  
C'est tout pour le caractère !

Test RP :

Les lumières de la ville éclairaient la nuit noire comme des milliers d'étoiles. Oui, une magnifique pluie d'étoile se jetait sur Nagoya lorsque le soleil se couchait. Je jetais un regard sur les milliers de vie qui parsemaient les rues de la ville. Ces vies toutes différentes et pourtant si semblables. Un homme de la quarantaine en costard, une fille habillée de blanc et de noir et qui portait un violon sur son dos, un homme et son saxophone qui se balançait sur le rythme de sa musique, un groupe d'amis qui dansaient dans les rues, apparemment saouls mais qui semblaient tellement heureux que la plupart des passants les regardait avec admiration. Chacune de ces personnes avait pourtant souffert une fois dans leur vie. La souffrance de la perte d'un être cher, le fait de se sentir seule et vide, les attentes des parents, la culpabilité... Cela me fit sourire. L'été était toujours une période magnifique, en particulier la nuit. On y découvrait des personnes que l'on ne remarque pas forcément la journée. La nuit dans les rues animées de Nagoya, il y a cette ambiance spéciale qui vous fait sentir vivant, comme si rien ne pouvait vous arriver. J'étais ivre de cette sensation et n'aspirais qu'à la retrouver. J'étais fatiguée bien sur, mais rien ne me faisait jamais regretter ces nuits blanches.
Assise dans ce taxi, bercée par le vrombissement léger du moteur, observant ces différentes personnes, je me sentais bien. Seulement bien.

Histoire :

Je n'ai jamais été spéciale. Pas vraiment. On m'a souvent dit que j'étais jolie. Je ne ressentais pas grand chose part rapport à ça. Vous savez, maman était très belle. Papa disait toujours qu'elle avait cette flamme dans les yeux qui faisait que tout le monde se retournait sur son passage. Moi, je n'avais pas cette flamme, ni une étincelle, rien. Je suivais ma vie. Quand j'étais petite et que rien ne venait me troubler à part l'odeur de mon doudou, peut-être que je l'avais, ce feu dans mes yeux. Je ne sais pas, je ne me souviens pas très bien de mon enfance, et j'imagine que c'est aussi le cas pour vous.
Quelques souvenirs restent par contre. Papa me mettait souvent sur ces genoux pour jouer une musique entrainante tandis que ma mère chantait sur la scène de notre bar. Je souris toujours en pensant à ces moments. Maintenant, du haut de mes 13 années, je vis toujours avec mes parents, et je danse avec eux sur la scène du bar. Parfois, je chante avec maman, et parfois, je joue avec papa. C'est devenu ma routine.
Bien entendu, quelques petites choses ne vont pas. Au collège, il y a ce gars, Carl, qui passe son temps à essayer de m'atteindre. M'insultant, m’embêtant, il joue vraiment avec mes nerfs. Je n'ai pas pour habitude de dire ce que je pense vraiment alors je l'ignore. Au collège, j'ai un groupe d'amis, mais ils pensent qu'il est amoureux de moi. Insensé, c'est carrément insensé. Je prends soin de moi et tout, mais personne ne m'a jamais remarqué. Pourquoi est ce que ça changerait maintenant ? Carl est le genre de gars qui pourrait avoir toute les filles qu'il veut, pourquoi choisirait-il de me pourrir la vie à moi ?
Puis, un soir, alors que l'on était en train de faire notre show avec mes parents, un camion est rentré dans ma fenêtre derrière nous. Il ne nous a pas raté. La seule chose dont je me souviens est le bruit de verre cassés et des cris d'horreur et ce fut le noir complet. J'ai toujours beaucoup aimé le noir, mais celui là était angoissant.
Je me suis réveillée dans une chambre blanche qui m'agressa les yeux. Je tournais lentement la tête sur le coté, un bouquet de fleur était posé sur la table de chevet. Je devais être dans une chambre d’hôpital. Mais c'était étrange. Je me sentais bizarre, plus lourde et je voyais plus haut. Comme si j'avais grandi en une minute. Un bruit de porte qui s'ouvre me fit sursauter. L'infirmière qui se tenait dans l'encadrement me regarda, effarée et partit en courant. Bah quoi ?
J'attendis un moment, je n'arrivais pas à trouver la force de me lever. C'est là que je remarquais les cheveux qui me tombaient sur les yeux. Je soufflais dessus dans l'espoir de les bouger un peu. Depuis quand étaient-ils si longs ? Je n'arrivais pas à bouger mes bras. J'entendis des bruits de pas précipités dans le couloir. Cette fois, un homme aux cheveux gris se tenait sur le pas de la porte. Il commença à me parler avec un air heureux. Pourquoi était-il heureux de me voir ? Je ne le connaissais même pas. Il se présenta comme le Docteur Kurosagi et me dit que je devais me reposer. A mon grand soulagement, il repoussa les mèches qui gênaient ma vue. Il demanda à l'infirmière qui l'accompagnait de m'apporter à manger. Je n'avais pas tellement faim. J'essayais alors de parler, mais ça donnait plus un croassement qu'autre chose. Qu'est ce qui m'arrive ? Je ne me souvenais pas vraiment de l'accident et je voulais savoir ce qui s'était passé après.
Tout d'un coup, la porte s'ouvrit en un grand fracas et un jeune homme brun aux yeux bleus apparut. Grand, les cheveux en bataille, il arborait un sourire heureux... Étrangement, il me rappelait vaguement quelqu'un. Il cria mon nom et c'est à ce moment là que je le reconnus. Sa voix était plus grave mais il n'y avait aucun doute, Carl était ici. Il se précipita vers moi et me prit dans ses bras. Je ne comprenais pas. Pourquoi faisait-il ça ? Et, question plus importante, pourquoi semblait-il avoir 16 ans ? Je réussis finalement à prononcer une phrase : "Que se passe t-il ?" Ma voix était si rauque... Les gens semblaient tellement gênés que ça me fit pitié. Crachez le morceau, les gars ! Je ne peux même pas vous faire du mal dans l'état où je suis de toute façon. La vérité tomba : "- Tu es tombée dans le coma depuis 3 ans." Et je me mis à pleurer. Je m'en doutais, il y avait tellement de preuves mais c'était dur. Et mes parents qu'était il arrivé à mes parents ? Je m'endormis avant d'avoir pu prononcer la question.
J'appris plus tard que mon père était mort et que ma mère avait disparu pendant mon "absence" alors qu'elle se trouvait en hôpital psychiatrique. Il ne restait plus aucunes étincelles dans son regard.
Bien entendu, j'ai souffert, mais je me suis reprise en main. J'avais perdu 3 ans de ma vie, pas la peine de perdre plus de temps !
Carl m'aida à tenir le bar et je l'en remerciais. Il n'a jamais voulu me dire ce qui s'était passé pendant mon coma pour qu'il change d'attitude à ce point, mais, d'après l'infirmière qui s'occupait de moi, il venait chaque semaine déposer des fleurs et me lire une histoire. Mes amis avaient surement raison j'imagine... J'ai retrouvé ces derniers au lycée. Je m'adaptais plutôt vite à cette vie. D'après ma psychiatre, j'étais déjà mature avant, ce qui facilita mon intégration. Le plus dur a été de rattraper mon retard en cours, mais j'ai finalement réussi. La preuve, je suis maintenant étudiante en psychologie ! Carl s'occupe maintenant à plein temps du bar et je l'aide le soir. Si vous voulez savoir, notre relation n'a pas vraiment évolué.
L'étincelle de mon regard qui avait disparu ne me quitte plus et s'est même transformée en une belle flamme. Je m'amuse beaucoup à voir les gens se retourner sur mon passage, maintenant.

_________________
Je chante en Lightseagreen~




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Carmen Bellamemoria DC
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test ♥ :: Tests de Lila :: Tests de Lila :: Personnages-
Sauter vers: